segunda-feira, 9 de abril de 2018

É difícil morrer na Primavera!...




É difícil morrer na Primavera!...

Leoninamente,
Até à próxima

4 comentários:

  1. Obrigado Álamo por nos ter relembrado tantas músicas cada uma mais bela que a outra.
    Ouso propor uma (de Brel também) que define o Bruno e o seu drama actual. Chama-se JEF e aí vai a letra (não ouso traduzi-la por me faltar a arte e o engenho):

    "Non Jef t'es pas tout seul
    Mais arrête de pleurer
    Comme ça devant tout le monde
    Parce qu'une demi-vieille
    Parce qu'une fausse blonde
    T'a relaissé tomber
    Non Jef t'es pas tout seul
    Mais tu sais que tu me fais honte
    A sangloter comme ça
    Bêtement devant tout le monde
    Parce qu'une trois quarts putain
    T'a claqué dans les mains
    Non Jef t'es pas tout seul
    Mais tu fais honte à voir
    Les gens se paient notre tête
    Foutons le camp de ce trottoir
    Allez viens Jef viens viens

    Viens il me reste trois sous
    On va aller se les boire
    Chez la mère Françoise
    Viens il me reste trois sous
    Et si c'est pas assez
    Ben il me restera l'ardoise
    Puis on ira manger
    Des moules et puis des frites
    Des frites et puis des moules
    Et du vin de Moselle
    Et si t'es encore triste
    On ira voir les filles
    Chez la madame Andrée
    Parait qu'y en a de nouvelles
    On rechantera comme avant
    On sera bien tous les deux
    Comme quand on était jeunes
    Comme quand c'était le temps
    Que j'avais de l'argent

    Non Jef t'es pas tout seul
    Mais arrête tes grimaces
    Soulève tes cent kilos
    Fais bouger ta carcasse
    Je sais que t'as le cœur gros
    Mais il faut le soulever
    Non Jef t'es pas tout seul
    Mais arrête de sangloter
    Arrête de te répandre
    Arrête de répéter
    Que t'es bon à te foutre à l'eau
    Que t'es bon à te pendre
    Non Jef t'es pas tout seul
    Mais c'est plus un trottoir
    ça devient un cinéma
    Où les gens viennent te voir
    Allez viens Jef viens viens

    Viens il me reste trois sous
    On va aller se les boire
    Chez la mère Françoise
    Viens il me reste trois sous
    Et si c'est pas assez
    Ben il me restera l'ardoise
    Puis on ira manger
    Des moules et puis des frites
    Des frites et puis des moules
    Et du vin de Moselle
    Et si t'es encore triste
    On ira voir les filles
    Chez la madame Andrée
    Parait qu'y en a de nouvelles
    On rechantera comme avant
    On sera bien tous les deux
    Comme quand on était jeunes
    Comme quand c'était le temps
    Que j'avais de l'argent

    Viens il me reste ma guitare
    Je l'allumerai pour toi
    Et on sera espagnols
    Comme quand on était mômes
    Même que j'aimais pas ça
    T'imiteras le rossignol
    Puis on se trouvera un banc
    On parlera de l'Amérique
    Où c'est qu'on va aller
    Quand on aura du fric
    Et si t'es encore triste
    Ou rien que si t'en as l'air
    Je te raconterai comment
    Tu deviendras Rockfeller
    On sera bien tous les deux
    On rechantera comme avant
    Comme quand on était beaux
    Comme quand c'était le temps
    D'avant qu'on soit poivrots

    Allez viens Jef viens viens
    Oui oui Jef oui viens"

    Ouso também aconseelhar a leitura do Mister do Café no seu post sobre os dias que o Sporting vive. Também esse eu não saberia escrever! Ser-me-ia mais fácil encostar para dentro o golo que o Montero falhou em Madrid.

    SL

    ResponderEliminar
  2. Aquela que nos faz exultar a nossa condição de Ser Sporting, em que a Voz Sublima a Alma, agora com a sua vestimenta original.
    https://youtu.be/oSRk39B6QqQ

    ResponderEliminar
  3. A acreditar no Dr Eduardo Barroso de que só julgo conhecer as capacidades de médico chirurgião do melhor que Portugal formou o Bruno de Carvalho foi hoje pai de uma menina.
    Teria preferido dedicar-lhe (ao BdC) uma outra música de Brel composta para a sua filha Isabelle. A canção é de optimismo e, malgré tout, quero considerar-me um optimista.
    By the way, E. Barroso esteve hoje na RTEL (EL de Estado Lampiónico) e o José E. Faria só o não mandou calar por sentir que um dia poderá ter necessidade da sua ajuda. Que País aquele onde nasci sem ter direito a escolha!

    ResponderEliminar
  4. Sem querer ser arrogante pareceu-me que as legendas do "Le Moribond" em muito pouco se assemelham ao espírito do texto de Brel! Aquilo é brasileiro de favelas! Na verdade o texto é simplemente de misoginía como o foi o do "Ne me quittes pas" mas não posso ser culpabilizado de ter passado 50 anos a falar francês, inglês e flamengo (e espanhol em casa). Repito que não gostaria de ser arrogante mas é disso que alguma gente se queixa sobre o BdC. Não seria mal que essa gente se dedicasse a aprender a falar! Antes de se pronunciar de preferência!

    ResponderEliminar

PUBLICIDADE